Navigation – Plan du site
Mélanges

Marot en ses épîtres de « Bourgeon » et « Raisin » ou l’équivoque régénérée

Corinne Noirot

Dédicace

À François Rigolot, expert ès jeux onomastiques

Texte intégral

  • 1 C. Marot, L’Adolescence clémentine, Épîtres VIII et IX, Epistre pour le Capitaine Bourgeon. A Monsi (...)
  • 2 F. Lestringant, « Le rire de L’Adolescence clémentine », dans Chr. Martineau-Génieys (dir.), Clémen (...)
  • 3 Elle-même placée après la requête plus conventionnelle de l’Epistre du Despourveu.

1Les épîtres VIII et IX de L’Adolescence clémentine de Clément Marot (1532)1 sont à lire en diptyque, et l’on se propose de le montrer. Un examen conjoint du couple d’épîtres de « Bourgeon » et « Raisin », souvent source de perplexité du fait d’un mélange d’épistolarité, d’allégorie, d’équivoque et de narration fantaisiste (Frank Lestringant dit le contenu « fatrasique »2), étaye l’analyse du refus de l’exaltation chevaleresque chez Marot poète de l’humble, tout en introduisant l’imagerie polysémique qui soutient chez lui un continuum de la générativité, de la productivité textuelle, sexuelle, sociale et spirituelle. Si L’Adolescence clémentine promeut l’idée d’un service humble et familier, cette position se formule de manière singulière dans le diptyque de L’Epistre pour le Capitaine Bourgeon. A Monsieur de la Rocque (VIII), et de L’Epistre faite pour le Capitaine Raisin, audict Seigneur de la Rocque (IX), publié pour la première fois dans L’Adolescence. Dans l’édition princeps, ces poèmes suivent la célèbre Petite epistre au Roy, qui met en scène par la fable un rapport de service mutuel3. Ils allient figuration symbolique et requête concrète, créent un mélange de plaisir complice et de distanciation réflexive, réflexivité également suscitée par une symétrie de structure dont le détail amène à parler de diptyque. Ces deux épîtres plaisantes subvertissent diversement le ton de la complainte, épanchement dont la lettre familière comme espace intime est en principe un lieu autorisé, mais que Marot distancie par le travail des personae. Un réseau d’équivoques gaillardes décline les thèmes de la fruition et de la fertilité, de l’impuissance et de la stérilité, non sans rapport avec l’humilité comme thème poétique. Les requêtes de Bourgeon et de Raisin, en déployant leur potentiel onomastique, traitent d’humeurs et d’énergie vitale, et la figuration générative et la facétie s’y articulent avec l’idée d’un service productif, sans défaut ni excès, sans exaltation chevaleresque ni complaisance dans le pathétique.

  • 4 « Item, il est assauoir que en lettres, missiues et presque en toutes, l’en faict touiours demande  (...)
  • 5 Ledit La Rocque est vraisemblablement Je(h)an-François de La Ro(c)que de Robertval, noble de cour i (...)

2L’art de requérir sans quémander se déploie d’abord4 ; il est servi par un sens de l’équivoque et du contrepoint tonal qui nous mettra sur la voie d’une autre lecture des images et des jeux de personae. Comme le titre complet l’indique, ce diptyque a pour destinataire inscrit le « Seigneur de la Rocque », écuyer du roi selon la première épître, choix qui s’impose en tout decorum littéral, puisque la requête concerne une demande de monture. Marot se rapproche là de la fonction de logographe ou d’acteur au sens des Rhétoriqueurs, fonction dans laquelle se distinguent l’autorité-source, l’ethos de l’auteur et la persona du scripteur (deux « capitaines » en l’occurrence). Le jeune Bourgeon sollicite une monture du seigneur de la Rocque, et Raisin sollicite la compassion et la protection du même la Rocque, personnage bien placé à la cour de François Ier5.

  • 6 L’épître Au Roy dite pour avoir esté desrobé déploie la même prouesse dans l’équivoque remotivée, e (...)
  • 7 F. Cornilliat, « Or ne mens ». Couleurs de l’éloge et du blâme chez les grands rhétoriqueurs, Paris (...)
  • 8 À propos de la liquidation souriante de la rime équivoquée dans la Petite epistre au Roy, F. Cornil (...)
  • 9 Pour un examen plus général des pièces de sollicitation, voir O. Rosenthal, « Clément Marot : une p (...)

3L’épître du capitaine Bourgeon relève du sous-genre de la requête de monture, genre familier des Rhétoriqueurs et où Jean Marot, le père du poète, s’est lui-même illustré – ainsi que Clément, notamment dans le rondeau XXXIV de L’Adolescence, intitulé Au Roy, pour avoir argent au desloger de Reins ainsi que l’épître Au Roy [pour avoir esté desrobé]6. François Cornilliat a montré dans « Or ne mens » comment Marot « renouvel[le] par l’humour »7 le topos d’humilité et de pauvreté du serviteur, et traite le plaisir de la rime comme équivalent du bien attendu (plaisir matériel aussi, comme si le bien spirituel ne pouvait s’effleurer que par dérision, dans ce rapport hiérarchique). À l’instar du modeste Bourgeon qui demande un cheval pour mieux accomplir son service, ce que sollicite Marot dans ses requêtes, c’est une « grâce particulière » octroyée pour le don gracieux de rimes souriantes. C’est là une nouvelle fonction de l’équivoque, au second degré, distanciée de l’ornement laudatif ou sublimant8. L’équivoque proprement dite est ici – comme dans la Petite epistre au Roy qui précède (en 1532) – étrangère au haut ton, de veine « basse » et relativement indépendante de l’éloge. Elle sert une subversion de la plainte par la gauloiserie, et de la gauloiserie par l’allusion poétique ou spirituelle, lesquelles visent un résultat identique à la requête purement encomiastique – mais en faisant bien davantage, surtout si une lecture en connivence révèle le leurre d’un style simple dénué d’un « plus haut sens »9. L’équivoque revêt dans ce diptyque en formes d’épîtres une double fonction facétieuse et symbolique, apte à déjouer les formes de dégénération, de déperdition d’énergie vitale (plainte, défaveur, guerre et amours vénales).

L’équivoque souriante pour subvertir la complainte et rabaisser la guerre

  • 10 Note 3, OP1, p. 469.
  • 11 On songe aussi au fameux « Et en pleurant tasche à vous faire rire » de l’épître Au roy, pour avoir (...)
  • 12 Cf. les « vrais » Gaulois de la ballade IX de L’Adolescence clémentine : De l’Arrivée de Monsieur d (...)

4Pour commencer, dans ce double échantillon de « marovaudage » (selon le mot de Gérard Defaux)10 prenant place dans le recueil juste avant le cycle des Complaintes et Épitaphes, une subversion de la complainte se fait jour. Bourgeon commence en effet par déclarer : « A vous me plaings » (v. 3) ; et Raisin raconte sa « male adventure » (v. 6), exprime son « grand dueil » (v. 68). Ces marqueurs pathétiques et réflexifs signalent la manipulation du code de la plainte. Un paradoxe donne le ton, et identifie le style bas marotique : « À vous me plaings par cet escript legier » (v. 88)11 ; ainsi Bourgeon sollicite-t-il un cheval dans la première épître. Mais au lieu d’exclamations piteuses, de supplications ou de lamentations, des distorsions logiques, des leurres ludiques et des tautologies se croisent pour formuler cette complainte allégée. Il est question d’acquérir moyen de circuler, car Bourgeon n’est pas Achille au pied léger, mais un boiteux qui sollicite une monture par nécessité. Raisin, selon une symétrie ironique que l’on va bientôt développer, insiste quant à lui sur l’« ennuy » empathique que doit sentir son ami à entendre le récit de ses mortels déboires. Raisin, en d’autres termes, n’écrit pas par nécessité matérielle, et se plaint longuement. Le contraste entre gravité et gaillardise dans le récit bachique de sa vie de vérolé envoyé à l’étuve suscite un décalage burlesque : Raisin risque de faire rire à ses dépens, alors que Bourgeon fait sourire à dessein. Or susciter le plaisir risque de mieux payer que de susciter l’ennui. C’est d’autant plus vrai dans la situation de double, voire de multiple énonciation qui est celle du poète. Le petit Bourgeon choisit un ton héroï-comique désigné comme tel : il se refuse au pathétique. La complainte au premier degré apparaît en revanche comme un choix vain (vanité au sens de complaisance et inanité), et potentiellement ridicule, comme dans le cas de Raisin pour qui le comble du malheur, vu son état syphilitique, est l’interdiction de chopiner12.

5La proximité de ces épîtres avec une série sur la guerre invite en outre à une lecture plus politique et anti-belliciste, d’autant que la complainte qui suit, dans l’édition princeps, évoque la mort fatale du baron de Malleville « qui fust tué des Turcs à Bahrut »(OP1, p. 95). Dans l’épître de Raisin, « Faulcon » (v. 32) et « courtauld » (v. 19) n’ont pas que des référents animaliers ou obscènes ; ils désignent aussi des pièces d’artillerie, comme dans d’autres poèmes à thématique militaire ou satirique. Vu sous cet angle, et en lisant les deux épîtres comme un tableau historié, une séquence narrative en deux volets, on entend que la guerre – à laquelle se destinent logiquement deux capitaines – livre une prometteuse et verte jeunesse (quoique nécessiteuse et naïve : cas de Bourgeon) aux mains des courtisanes vérolées et des affreux Turcs (cas de Raisin) qui les épuisent, les dévitalisent, les dévirilisent. Dans la seconde épître, la folie et les enfers altérants de la guerre et de l’amour (vénérien) s’avèrent même indissociables. On retrouve donc la figuration critique de la violence martiale, chère à Marot.

  • 13 Cf. « Faute d’argent, me rend foible de riens », équivoque du rondeau XXXIV intitulé Au Roy, pour a (...)
  • 14 C’est le contraire d’Enghien qui semble promis à porter fruit selon l’Epistre envoyée par Clement M (...)
  • 15 Cf. la fable du paysan et de la cognée dans le prologue du Quart livre de Rabelais, et la vogue des (...)

6Nos épîtres fonctionnent donc à l’évidence comme un diptyque et révèlent à la lecture une symétrie de structure, reposant sur le contraste de ton et de personae et la cohésion figurative. Deux capitaines adressent une requête à la Roque, leur protecteur et/ou ami. L’un, le jeune « Bourgeon », a besoin d’aide pour « desloger », peut-être dans le but de rejoindre le champ de bataille13. L’autre, « Raisin », ne pourra plus jamais y aller car il est prodigieusement vérolé. L’un demande une monture pour pallier son infirmité (Bourgeon boite) et l’autre est devenu infirme pour avoir trop chevauché (Raisin est syphilitique). Leurs impuissances, que le destinataire (La Rocque et/ou le roi) est censé compenser, sont donc bien différenciées. Elles introduisent cependant une imagerie générative. L’un a besoin d’une grâce qui fasse fructifier sa jeunesse ; l’autre a perdu toute chance de fruition14 en consumant follement sa maturité. Il n’y a dans la requête de Bourgeon qu’une demande gracieuse et concrète facilitée par la facétie, alors que le pathétique de la persona de Raisin empêche la persuasion par l’humour ou le ton héroï-comique. L’ethos auctorial supporte d’un regard plus bienveillant la requête de Bourgeon, jeune aspirant médiocre au sens moral (puisqu’il ne demande que selon son besoin)15. Mais l’auteur garde une distance ironique par rapport au malheur de Raisin, puni pour son intempérance et ses excès, et demeurant excessif dans ses désirs au sein même de son malheur, par là interprétable comme un châtiment ou une épreuve.

  • 16 Voir l’entrée « Bourgeon » du dictionnaire de R. Cotgrave (A Dictionarie of the French and English (...)

7Puisque le mot « bourgeon » est spécialement utilisé au XVIe siècle pour désigner une jeune pousse de vigne16, le lien onomastique entre les deux épîtres renforce le rapport symbolique ébauché entre deux étapes symétriques d’une vie de service, militaire ou autre. L’épître de Bourgeon justifie ainsi son appel à l’aide (v. 31-33) :

Car aultrement jamais ne cessera [Desespoir]
De tormenter le bourgeon, qui sera
Tousjours bourgeon, sans Raisin devenir.

8L’ironie contextuelle de cette crainte à conjurer est piquante, si l’on considère que le Raisin de l’épître suivante est pratiquement à l’agonie. Aussi la différence entre les deux requêtes sur le plan de leur validité éthique jette-t-elle a posteriori un doute sur l’aspiration du petit « Bourgeon » à devenir « Raisin », état bien peu enviable si l’on en croit la seconde épître.

L’équivoque sur la vigne et la dégénération/régénération symbolique en jeu

  • 17 La figuration par équivoques à sens proverbial et moral se matérialise de manière frappante dans l’ (...)
  • 18 Rappelons avec Hans-Robert Jauss l’affinité esthétique et la différence herméneutique entre textes (...)

9Au-delà de l’onomastique, le style marotique réactive le folklore verbal en pariant sur la connivence du lecteur et le fondu possible avec le langage évangélique – d’autant plus que le destinataire, La Roque de Robertval, était un sympathisant évangélique qui, comme Marot, sera exilé en 1535, et qui apparaît dans L’Heptaméron de Marguerite de Navarre, nouvelle LXVII, en tant qu’étendant la chrétienté au Canada. L’autre niveau de lecture dont nous parlons ressort d’un réseau d’équivoques à mettre en relation avec le style de la littérature dite bourgeoise du Moyen Âge, indissolublement comique et morale17. Ce réseau part de la vigne, et une imagerie naturelle et générative en découle. La présence de cette imagerie dans le Temple de Cupido (entre autres), œuvre des débuts plus ouvertement allégorique que les épîtres (dans la lignée du Cantique des cantiques, via le Roman de la Rose) invite à déceler une dimension spirituelle en relation avec l’allégorèse chrétienne, sans que le propos de Marot ne se confonde toutefois avec celle-ci18.

  • 19 Un tel poème, où certains choix attirent l’attention, appelle la « lecture rétroactive » de Michael (...)
  • 20 L’adjectif « s(e)ur » signifie aussi « aigre », « acide » (Cotgrave donne comme équivalents anglais (...)
  • 21 Sur la tradition médiévale associée à ce goût des jeux de mots, voir B. Roy, Une Culture de l’équiv (...)
  • 22 « Tout en ayant l’air d’utiliser un langage presque populaire, il diffère radicalement du populaire (...)

10Si pour obtenir une monture Bourgeon doit lourdement alléguer sa claudication, la plaisanterie sur cette mauvaise posture du locuteur atteint son comble au centre de l’épître : « Ou il faudra (la chose est toute seure) / Que voise à pied, ou bien que je demeure » (v. 15-16). La tautologie facétieuse détend certes le noble destinataire et le prédispose au geste généreux, fonction pragmatique de la plaisanterie. Mais l’échange entre interlocuteurs masculins, l’acte de publication, et la surdétermination en diptyque invitent à un dépassement de la rhétorique de la requête, lettre du texte, d’autant plus que la littéralité criante de la formulation invite à interprétation19. Ce truisme, à savoir que le Bourgeon sans monture devra partir à « pied » ou rester (« demeure[r] »), réfère en même temps par jeu de mots à la jeune pousse, qui vient « à pied » (grandit, devient pied de vigne, autrement dit) ou bien « demeure », c’est-à-dire reste telle quelle ou bien dé-mûrit c’est-à-dire pourrit20, issue probable en l’absence de « monture », de tuteur qui aide à faire monter la vigne. Marot est familier de ces équivoques médiévales, comme il le montre magistralement dans ses coq-à-l’âne, épîtres satiriques et épigrammes grivoises21. À notre connaissance, aucun critique ni éditeur moderne de Marot n’a su lire cette équivoque sur « aller à pied » et « dé-mûrir/demeurer ». L’habitude moderne de séparer le rire bas ou populaire de toutes ambitions poétiques, morales ou spirituelles nous empêche de voir le plus « gros », le double sens évident. La critique de ces trente dernières années a en outre allègrement tiré Marot vers le religieux en oubliant parfois la richesse subtile de sa poésie gauloise en plus d’un sens. Peut-être aussi une sorte d’incompréhension post-mallarméenne censure-t-elle la lecture, nie péremptoirement la possibilité de l’équivoque, perçue comme indigne d’un grand poète22.

  • 23 Sens obscène patent dans la seconde épître des Dames de Paris, OP1 p. 287 : « Vos grands Faulcons, (...)
  • 24 Cotgrave paraphrase « Faire la poule » par To play the coward. En contre-exemple de ce pauvre Raisi (...)
  • 25 Eph. 6, 17, passage sur le combat spirituel, l’armure de l’amour de Dieu contre les esprits du mal. (...)

11Les « raisins » ayant traditionnellement un sens sexuel, de même que la boiterie suggère une impuissance relative, on décèle entre les deux poèmes un renversement de virilité ou de puissance générative, à interpréter en termes plus généraux. Celui qui a nom « Raisin » devrait en effet être le plus vigoureux, le plus viril ; or il n’en est rien. Les raisins de Raisin (le référent physique est plus clair dans la deuxième épître) se dessèchent littéralement, et la maladie vénérienne lui a fait perdre sa virilité. C’est qu’un funeste « grand coup de Faulcon » – l’équivoque obscène là encore est commune23 – l’a « navré » (v. 35, le nerf ayant un sens sexuel bien connu) et contraint à « faire la poulle » (v. 32-33)24 puis à se faire « frotter » par un « grand Turc » (v. 41-43), ce qui se passe de commentaire. On appréciera de même dans l’épître de Raisin la multiplication des images suggérant la stérilité, tels les « flacons vuides » (v. 57). Cette stérilisation consécutive à une sur-dépense se lit à différents niveaux, de la fiction littérale à la critique de fol amour, ou encore au militantisme pacifiste. On peut même voir là en filigrane une allusion à la véritable liqueur vitale, celle de la Grâce, ou à la véritable puissance, celle du glaive de l’Esprit à l’action libératrice (référence déjà présente dans l’Epître du Camp d’Attigny25), par contraste avec les vains coups de « faucon » mis en cause en tant que (dé)perdition dans la guerre ou dans la luxure.

  • 26 Marot prolonge une tradition du contrepoint, du contre-éloge : il lance par exemple la mode des bla (...)
  • 27 Cymetiere XI (non publié), OP2, p. 396 : « Cy gist Martin, qui pour saouller Alix, / Tant culleta q (...)
  • 28 L’épître joue sur l’adage Sine Cerere et Baccho friget Venus (cité par G. Defaux, note 17, OP1, p.  (...)
  • 29 « Faire du raisiné », expression imagée attestée par Cotgrave, signifie « saigner du nez » ; c’est (...)

12La vigne qui se flétrit sans porter fruit, crainte explicite de Bourgeon, telle est précisément la piteuse histoire du capitaine Raisin, persona qui figure l’excès comme Bourgeon le défaut26. Vidé de sa liqueur tel l’amant d’Alix27, il est littéralement en train de tourner au vinaigre (« l’aigreur » l’habite, v. 68), alors même qu’il est interdit d’ablutions vineuses. Il est condamné à « perdre le goust de [s]on proche Cousin » (v. 50, le vin), comme il le dit dans sa prière à Bacchus28. Au contraire, dans l’épître de Bourgeon, sujet boiteux, physiquement diminué, c’est la virilité de l’ennemi allégorique (« Désespoir ») qui est menacée par la puissance de frappe de La Roque. Par équivoque onomastique là encore, le rocher, la roque « bien ferme » (v. 25) a pour botte secrète « Espérance » (v. 27), apte quand elle « sort » à terrasser l’ennemi, à lui faire faire du raisiné, c’est-à-dire « saigner du nez » (v. 29)29 – nouvelle allusion aux déboires de Raisin. La Roque peut et doit donc « eschine[r] » Désespoir (v. 30), vœu présenté avec humour par Bourgeon. Le sort de Raisin est au contraire coupé de l’espoir (sauf de celui, pitoyable, de boire… et d’être plaint) par le fait qu’il est incapable de sourire de son malheur, d’en minorer le pathétique dans l’humour qui adoucit « l’aigreur » (v. 68), comme réussit à le faire Bourgeon en esquivant la complainte.

  • 30 Rappelons que le sermo pedestris concerne particulièrement dans l’exemple d’Horace (Art poétique, v (...)
  • 31 Cf. la présence de la pelade honteuse dans l’épître Aux Dames de Paris, qui ne voulloient prendre l (...)

13La perte ou la déperdition d’énergie vitale dont est victime Raisin forme ainsi le contre-modèle du désir modeste de Bourgeon, quoique celui-ci espère ironiquement devenir raisin. Et cet emblème du zèle juvénile et léger est une image possible de Marot, jeune poète courtisan humble par l’ethos. Ce serviteur à l’esprit libre se (et nous) demande s’il ne vaut pas mieux aller à pied dans tous les sens – car on songe de surcroît au sermo pedestris comme désignation du style simple, et au qualificatif d’humilis (à ras de terre)30 – plutôt que de finir « hors d’haleine » dans tous les sens : privé de souffle et de liqueur fertile, d’inspiration31. Le poète ne saurait se couper de cette vitalité essentielle de la terre et de ses humeurs, de l’humble transformé en paradigme fécond – d’ailleurs humus, humor, et homo étaient associés selon la même racine étymologique, à l’époque de Marot.

  • 32 Pour de plus amples développements sur la simplicité complexe de la poétique marotique, voir C. Noi (...)
  • 33 Cf. Jean 15, 1-2 : « Je suis le vrai cep, et mon Père est le vigneron. / Tout sarment qui est en mo (...)

14Dans le diptyque des épîtres de Bourgeon et Raisin, l’équivoque sert donc de divertissement et d’avertissement au lecteur en montrant un ethos empreint de bonne humeur, une présence auctoriale qui, par le détour de la persona, met en perspective la tentation courtisane qui le concerne directement, dans le service de plume et non d’épée même s’il critique au passage le grand gâchis guerrier. Le désir de plaisir, de confort et de faveur, le service et la conquête ne regardent pas que les capitaines et les chevaliers, et Marot travaille à se distancier – sans totalement s’en dissocier – du sort de Bourgeon et Raisin, un peu comme le fait Rabelais avec ses personnages d’éternels altérés. D’où une auto-parodie subtile, qui subvertit la complainte par la gauloiserie et la gauloiserie par un spiritualisme éthiquement et poétiquement productif32. L’humour accomplit ici, comme souvent chez Marot, une humiliation gracieuse, toujours dans l’espoir d’atteindre à une jouissance pleine et simple, dans un entre-deux actif et souriant, attaché à éviter la fruition empêchée aussi bien que la maturité desséchée, l’état de bourgeon étouffé comme celui de raisin frelaté33. Clément vante à bon droit cet émondage productif dans l’épître À un sien amy :

  • 34 À un sien Amy, [épître IV], v. 63-66, OP2, p. 704. Cf. l’expression « entre deux Airs » comme éloge (...)

De l’entre-deux seroit tousjours content.
Car cestuy là qui hault ne bas ne volle
Va seurement, & jamais ne s’affolle.34

Haut de page

Notes

1 C. Marot, L’Adolescence clémentine, Épîtres VIII et IX, Epistre pour le Capitaine Bourgeon. A Monsieur de la Rocque, et Epistre faite pour le Capitaine Raisin, audict Seigneur de la Rocque, dans Id., œuvres poétiques, éd. Gérard Defaux, Paris, Bordas, « Classiques Garnier », t. I : 1990 et t. II : 1993 (dorénavant OP1 et OP2), p. 88-89.

2 F. Lestringant, « Le rire de L’Adolescence clémentine », dans Chr. Martineau-Génieys (dir.), Clément Marot et L’Adolescence clémentine, Nice, Association des Publications de la Faculté des lettres de Nice, 1997, p. 21-37. Le critique ne voit là qu’« obscénité voilée », jeu qui n’a « ni queue ni tête ». Pas seulement…

3 Elle-même placée après la requête plus conventionnelle de l’Epistre du Despourveu.

4 « Item, il est assauoir que en lettres, missiues et presque en toutes, l’en faict touiours demande ; et, pour iustement demander, il est requis de demonstrer sa petition estre iuste ; secondement, estre possible a celuy a qui on demande en luy exposant la possibilité ; tiercement, assigner, la remuneration » : ces étapes de l’épître de requête sont implicites ou explicites selon la situation, selon Pierre Fabri, Le Grand et vray art de pleine rhetorique [1521], Genève, Slatkine Reprints, 1972, p. 203.

5 Ledit La Rocque est vraisemblablement Je(h)an-François de La Ro(c)que de Robertval, noble de cour issu d’une grande famille languedocienne (picarde par sa mère) attachée aux Valois (voir « La Rocque de Roberval, Jean-François de », dans Dictionary of Canadian Biography Online, Université de Toronto-Université Laval, vol. 1, URL : http://www.biographi.ca/009004-119.01-e.php?BioId=34463, consulté le 27 juin 2011). Son père, Bernard de la Roque dit « Couillaud » (sobriquet qui désignait un caractère gai), fut ambassadeur de François Ier auprès du Sultan après avoir servi la reine Anne de Bretagne (comme le fit le père de Marot). Jean-François, compagnon d’armes de François d’Angoulême et protecteur de Clément Marot, était alors écuyer (l’édition de 1538 le précise) ; il fut en faveur à la cour avant son bref exil (pour sympathie avec la Réforme) en 1534-1535, puis son départ pour Terre-Neuve et le Canada avec Jacques Cartier, en tant que capitaine ; il apparaît en cette qualité dans l’Heptaméron, nouvelle 67. Il fut peint par François Clouet, avec de nombreux membres de la cour de François Ier (voir Jean Meyer, « Roberval, Jean-François de la Roque de, 1500-1561 », dans Encyclopædia universalis, URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/T302685/ROBERVAL_J_F_de.htm, consulté le 27 juin 2011).

6 L’épître Au Roy dite pour avoir esté desrobé déploie la même prouesse dans l’équivoque remotivée, et ce dans un contexte épistolaire pareillement associé à la familiarité et à la bouffonnerie gasconne. La Roque est originaire comme Marot (et François d’Angoulême avant son accession au trône) de contrées méridionales par rapport à la France (Navarre, Languedoc, vieille Gascogne…), identité qui semble favoriser un jeu d’équivoques obscènes. Ce folklore semble perdre de sa faveur à la cour de François Ier devenue « maîtresse d’école », instance centralisatrice et « civilisatrice » – et peut-être aussi lorsque l’Espagne devenue impériale ne peut plus être aussi gaîment assimilée dans la culture gallique. Pour une lecture socio-économique de cette Epistre au Roy, pour avoir esté desrobé, voir C. Skenazi, « L’économie du don et le mécénat, Les formes de l’échange dans une épître de Clément Marot », dans French Studies, vol. 57, n° 4, 2003, p. 463-474.

7 F. Cornilliat, « Or ne mens ». Couleurs de l’éloge et du blâme chez les grands rhétoriqueurs, Paris, Champion, 1994, p. 324.

8 À propos de la liquidation souriante de la rime équivoquée dans la Petite epistre au Roy, F. Cornilliat écrit : « Le texte accepte d’en sacrifier la puissance lyrique, encomiastique, pour mettre en valeur son ethos dédoublé : si le poète est fier et sûr de son art […] il ne pourra le dire qu’au second degré […]. Les équivoques de Marot charmeront en faisant sourire ; une dernière fois elles diront le “bien”, mais celui de la rime seulement, par une anti-laudatio qui demande une lecture distante  ou complice » (Ibid., p. 337).

9 Pour un examen plus général des pièces de sollicitation, voir O. Rosenthal, « Clément Marot : une poétique de la requête », dans G. Defaux (dir.), Clément Marot, « Prince des Poëtes français », 1496-1996. Actes du colloque international de Cahors en Quercy, 1996, Paris, Champion, 1997, p. 283-300.

10 Note 3, OP1, p. 469.

11 On songe aussi au fameux « Et en pleurant tasche à vous faire rire » de l’épître Au roy, pour avoir esté desrobé, où le principe de subversion de la plainte par l’humour s’exerce à plein (v. 68, Suite de l’Adolescence clémentine, OP1, p. 320-323 ; composition fin 1531).

12 Cf. les « vrais » Gaulois de la ballade IX de L’Adolescence clémentine : De l’Arrivée de Monsieur d’Alençon en Haynaut (OP1, p. 120-121), qui fondront sans problème sur ces grossiers gens du nord, lesquels en ont après nos vins, eux qui n’ont que leurs piteuses bières…

13 Cf. « Faute d’argent, me rend foible de riens », équivoque du rondeau XXXIV intitulé Au Roy, pour avoir argent au desloger de Reins, OP1, p. 153 ; cf. aussi les soldats à dos de mule du rondeau XXXIII.

14 C’est le contraire d’Enghien qui semble promis à porter fruit selon l’Epistre envoyée par Clement Marot à Monsieur D’Anguyen, Lieutenant pour le Roy de là les Montz (OP2, p. 707-709) datant de 1544. Sur la notion de fruition en rapport avec la production du sens, voir T. Cave, Cornucopia, Figures de l’abondance au XVIe siècle, tr. G. Morel, Paris, Macula, 1997, p. 72-79 en particulier. Usus, fructus, abusus sont des termes à la fois juridiques et théologiques ; dans la mouvance augustinienne, Érasme en discute dans son Enchiridion (cité par U. Langer, Perfect Friendship : Studies in Literature and Moral Philosophy from Boccaccio to Corneille, Genève, Droz, 1994, p. 105).

15 Cf. la fable du paysan et de la cognée dans le prologue du Quart livre de Rabelais, et la vogue des priapées en vernaculaire (voir R. Kuin et A. Lake Prescott, « The Wrath of Priapus : Remy Belleau’s “Jean qui ne peult” and its Traditions », dans Comparative Literature Studies, vol. 37, no 1, 2000, p. 1-17).

16 Voir l’entrée « Bourgeon » du dictionnaire de R. Cotgrave (A Dictionarie of the French and English tongues, 1611, fac-similé avec intr. de W. S. Woods, Columbia, University of South Carolina Press, 1950).

17 La figuration par équivoques à sens proverbial et moral se matérialise de manière frappante dans l’esthétique des rébus de Picardie, diffusés dans toute l’Europe fin XVe/début XVIe – outre le fait que le dédicataire était partiellement d’origine picarde comme on l’a remarqué supra ; voir J. Céard et J.-Cl. Margolin (dir.), Rébus de la Renaissance. Des images qui parlent, Paris, Maisonneuve et Larose, 1986. Les images les plus obscènes s’y combinent pour délivrer les sentences les plus moralisatrices, par exemple : « Folle-mange-vits = Follement je vis » (p. 267). Les œuvres de Villon, Rabelais, Estienne, et Tabourot portent la trace de ces rébus – ou du moins des équivoques élaborées qui les sous-tendent, elles-mêmes parfois tirées de pièces de vers.

18 Rappelons avec Hans-Robert Jauss l’affinité esthétique et la différence herméneutique entre textes religieux et textes poétiques : « Le texte poétique n’est pas un catéchisme qui nous poserait des questions dont la réponse est donnée d’avance. À la différence du texte religieux canonique, qui fait autorité et dont le sens préétabli doit être perçu par “quiconque a des oreilles pour entendre”, le texte poétique est conçu comme une structure ouverte où doit se développer, dans le champ libre d’une compréhension dialoguée, un sens qui n’est pas d’abord “révélé” mais se concrétise au fil des réceptions successives dont l’enchaînement répond à celui des questions et des réponses », dans Id., Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, 1978, p. 248.

19 Un tel poème, où certains choix attirent l’attention, appelle la « lecture rétroactive » de Michael Riffaterre, sur la considération du contexte d’ensemble et d’« agrammaticalités » remarquées ; l’analyse pointe des « mots doubles » par lesquels le texte ne veut pas dire (que) ce qu’il dit (voir de M. Riffaterre : Sémiotique de la poésie, Paris, Seuil, 1983, et La Production du texte, Paris, Seuil, 1979).

20 L’adjectif « s(e)ur » signifie aussi « aigre », « acide » (Cotgrave donne comme équivalents anglais sowre, sharpe, eagar, tart), surtout pour les fruits (cf. encore aujourd’hui, les « pommes sûres »), donc comme les raisins verts… « Tout homme qui mangera des raisins verts, ses dents en seront agacées », dit Jérémie 31, 30 (omnis homo qui comederit uvam acerbam obstupescent dentes eius), en une prophétie de l’alliance nouvelle où chacun subira les conséquences de ses propres péchés. Le Cantique des cantiques, où l’imagerie de la vigne et du verger est très présente, associe la maturité des fruits à l’accomplissement de l’amour : fruit et fruition toujours (au verset 7, 12, par exemple) ; cf. Jean 15, 1-2 également.

21 Sur la tradition médiévale associée à ce goût des jeux de mots, voir B. Roy, Une Culture de l’équivoque, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1992.

22 « Tout en ayant l’air d’utiliser un langage presque populaire, il diffère radicalement du populaire », disait Denys d’Halicarnasse de Lysias, modèle du style mince ou iskhnos (Denys d’Halicarnasse, Les Orateurs antiques, cité par J. Lecointe, L’Idéal et la différence : la perception de la personnalité littéraire à la Renaissance, Genève, Droz, 1993, p. 395) ; ceci distingue l’orateur mince des sophistes qui paraissent habiles sans l’être. Ce passage de Denys a pu inspirer les développements d’Hermogène et de Cicéron sur l’apparente facilité du style simple. L’efficacité du « discours habile sans le paraître » est en effet vantée par Hermogène de Tarse dans L’Art rhétorique, tr. et éd. M. Patillon, Paris, L’Âge d’homme, 1997, p. 473 sq. ; et L’Orateur de Cicéron dit que le vrai attique « n’élève pas le ton et se tient au ras du sol [summissus est et humilis], se modelant sur l’usage [consuetudinem imitans], plus différent dans la réalité de l’absence d’éloquence [ab indisertis re] qu’il n’en donne l’impression. C’est pourquoi ceux qui l’entendent, si incapables qu’ils soient eux-mêmes de parler [infantes], se figurent néanmoins qu’ils peuvent le faire de cette façon-là. Car la précision de ce style [orationis subtilitas] paraît imitable, au moins à en juger, mais rien n’est moins vrai quand on s’y essaye [nihil est experienti minus] » (L’Orateur [Orator], § 75-76, dans L’Orateur. Du meilleur genre d’orateurs, tr. A. Yon, Paris, Les Belles Lettres, 1964, p. 27).

23 Sens obscène patent dans la seconde épître des Dames de Paris, OP1 p. 287 : « Vos grands Faulcons, qui furent Faulconneaux, / Vollent tousjours pour chaynes, et anneaulx » (v. 312-313).

24 Cotgrave paraphrase « Faire la poule » par To play the coward. En contre-exemple de ce pauvre Raisin pratiquement émasculé, le père de la Roque aurait été surnommé « Couillaud », clin d’œil supplémentaire qui suppose une connivence devant l’équivoque.

25 Eph. 6, 17, passage sur le combat spirituel, l’armure de l’amour de Dieu contre les esprits du mal. « L’espée Sainct Pol » apparaît en outre en registre militaire, dans l’Epistre du Camp d’Attigny à ma Dicte Dame d’Alençon (dans L’Adolescence clémentine, OP1, p. 78-82, v. 97).

26 Marot prolonge une tradition du contrepoint, du contre-éloge : il lance par exemple la mode des blasons et contre-blasons et met en regard dans ses Épigrammes le Beau puis le Laid tétin.

27 Cymetiere XI (non publié), OP2, p. 396 : « Cy gist Martin, qui pour saouller Alix, / Tant culleta qu’il en perdit la vie : […] / Il esgouta toute son eau de vie ».

28 L’épître joue sur l’adage Sine Cerere et Baccho friget Venus (cité par G. Defaux, note 17, OP1, p. 431). Le passage évoque le Temple de Cupido, poème dans lequel les treilles de Priapus (voûtes du temple) étaient pleines de bourgeons et de raisins : « Là dependent tant seullement / Bourgeons, & raisins à plaisance, / Et pour en planter abondance, / Bien souvent y entre Bacchus, / A qui Amour donne puissance, / De mettre guerre entre bas culz » (v. 277-282). La rime « escus » : « Bacchus » (épître IX, v. 27-28) nous rappelle que l’équivoque « Bacchus »/« bas culs » est exploitée par Rabelais dans son Cinquième Livre (ch. XLV), alors que le Gargantua du même auteur (ch. XII et XXXIX) offre des occurrences de « courtauld » remarquées par Defaux… sans oublier les « andouilles » du Quart Livre, que l’on retrouve dans l’épître de Raisin.

29 « Faire du raisiné », expression imagée attestée par Cotgrave, signifie « saigner du nez » ; c’est aussi dans ce cas tourner en déconfiture, puisque le raisiné désigne une gelée de raisin.

30 Rappelons que le sermo pedestris concerne particulièrement dans l’exemple d’Horace (Art poétique, v. 95) les personnages en difficulté. Il se trouve aussi que l’exemple de style simple répertorié par la Rhétorique à Herennius est un dialogue commenté, entrecoupé de pauses narratives, qui rend une altercation aux thermes entre un jeune homme « urbain » et un grossier personnage (Rhétorique à Herennius, l. IV, § 14). Des thermes de cet exemple d’école à l’étuve du malheureux Raisin, il n’y a peut-être qu’un pas.

31 Cf. la présence de la pelade honteuse dans l’épître Aux Dames de Paris, qui ne voulloient prendre les precedentes excuses en payement, également satirique (Suite de l’Adolescence clémentine, OP1, p. 287) : « Qu’attendez vous ? Quand on est hors d’alaine / La force fault. Quand vous serez hors d’aage / […] / Car sans humeur seiches vous demourrez » (v. 178-182) ; « Pource que trop serez vieilles pellées, / Desjà vous prend icelle maladie » (v. 188-189).

32 Pour de plus amples développements sur la simplicité complexe de la poétique marotique, voir C. Noirot-Maguire, « Entre deux airs » style simple et ethos poétique chez Clément Marot et Joachim Du Bellay, Laval, Presses Universitaires de Laval, 2011.

33 Cf. Jean 15, 1-2 : « Je suis le vrai cep, et mon Père est le vigneron. / Tout sarment qui est en moi et qui ne porte pas de fruit, il le retranche ; et tout sarment qui porte du fruit, il l’émonde, afin qu’il porte encore plus de fruit. – Ego sum vitis vera et Pater meus agricola est / omnem palmitem in me non ferentem fructum tollet eum et omnem qui fert fructum purgabit eum ut fructum plus adferat » (tr. Segond et Vulgate).

34 À un sien Amy, [épître IV], v. 63-66, OP2, p. 704. Cf. l’expression « entre deux Airs » comme éloge du bon serviteur Florimond, dans la Déploration de Florimond Robertet (Deploration sur le Trespas de Messire Florimond Robertet, OP1, p. 207-223).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Noirot, « Marot en ses épîtres de « Bourgeon » et « Raisin » ou l’équivoque régénérée », Revue italienne d’études françaises [En ligne], 1 | 2011, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 25 mars 2017. URL : http://rief.revues.org/909 ; DOI : 10.4000/rief.909

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la RIEF sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo ANVUR
  • Logo Seminario di Filologia Francese
  • Les cahiers de Revues.org