Navigazione – Mappa del sito
Rubriques
Seuils poétiques

Chute de Jean-Jacques Viton

Traduction (d'Isotta Peira et Fabiola Scidà) et note à la traduction
Andrea Inglese
Notizia bibliogafica:

Chute, dans selected sueurs. P.O.L., 2010

Termini di indicizzazione

Torna su

Note della redazione

Le poète et traducteur Andrea Inglese, qui a introduit l’œuvre de Viton en Italie (Jean-Jacques Viton, Il commento definitivo. Poesie 1984-2008, introduzione e traduzione di Andrea Inglese, Pesaro, Metauro, 2009) a eu la gentillesse de superviser la traduction de ce texte, réalisée par Isotta Peira e Fabiola Scidà, étudiantes de l’Université de Pise. Ce travail est né à l’occasion d’un laboratoire de traduction auquel Andrea Inglese a été invité le 23 avril 2012 dans le cadre des activités de la Laurea magistrale in Traduzione dei testi letterari e saggistici.

Testo integrale

4. Chute

la chute ne s’improvise pas
l’espace du chuteur est mal défini

on ne mesure pas le lent-vite
sur la ligne du sens unique
uniforme puzzle de vitesse
monté par miettes de visions

un seul mouvement sans pauses
n’importe où dans l’espace

pieds détendus parallèles l’un à l’autre
genoux et ventre relâchés et ouverts
colonne vertébrale longue et large

l’homme d’aplomb traverse ainsi l’espace
son visage s’expose comme une fleur
buste un peu arqué sur l’axe obligé
bras tendus vers le bas ou le haut
bolide isolé vivant encore de l’apparence

il passe des zones de dérèglements
allongé sur une surface neuve

échappé d’un arrêt sur image
filant immobile vers son futur

triangle blanc du visage aux yeux fixes
au sourire fermé imperceptible

l’homme d’aplomb croit à cet élan
il ne peut rien saisir au passage
ni rampe ni ce qui s’accomplit
le réel ne l’attrape pas

il n’y a pas d’ange sur son chemin

un fil noir un noir sans marge
il peut s’y croire abrité
pour croire dans le noir tout éviter

il se passe beaucoup de rien
pendant la chute la peau      elle
se dégage et y va      seule

tout se ferme sous la peau
du côté qui va tout prendre

dans la chute on se prépare à tout
c’est compliqué elle ne se modifie pas
pas de trait d’union un unique tracé
on se demande si ça arrive

situation inimaginable        il faudrait
recommencer la figure retenir la sensation
du départ de l’endroit fixe
et de l’entrée dans le nouvel espace

pénétrer l’espace en fusion avec tous ceux
qui traversent l’espace

forage d’un pays inconnu à langue étrange
jamais perçue jamais prononcée

la chute c’est un incomparable silence
on s’y perd dans cet élan
rêver l’étreinte vient des arbres

quel nom d’affiche donner à cet éperon
acrobate aérien qui se déplace droit
au sein même du vide

une femme un homme d’aplomb à verse ou à pic
vertigineux précipités ils doivent prendre de l’altitude
avant de plonger      simple promontoire      point d’appui
naturel ou artificiel      une éminence pour point de départ

échafaudage    tour    derrick    colonne droite    vis sans fin
escaliers en colimaçon menant vers rien
mât de cocagne      guéridon sur un seul pied
simple donjon carré avec terrasse au sommet

ils se concentrent ils s’élancent ils sautent
ils tombent avec sérieux
assurés de ne pas faire fausse route
leur art est une variante du fil à plomb

la position n’est pas tenable
du corps statufié reste à faire vivre les doigts
36 essais entre 1888 et 1894

on les retrouve morts
du sable dans la bouche

la très légère jeune fille pâle réussit trois sauts
de la plus haute des plates-formes

elle prouve que ses 45 kilos n’y font rien
la gravité la perfection de son trajet en chute libre
rendent son impact sonore et ferme

comme celui d’un homme
muni d’une ceinture de plomb

aucun calcul n’explique comment
la jeune fille parvient à concilier
impact violent et réception gracieuse
aplomb de bolide et souplesse de petit rat

signature de la chute

les trappeurs appellent la trace laissée
par deux pieds joints
empreintes connaissance

4. Caduta

la caduta non s’improvvisa
lo spazio di chi cade è mal definito

non si misura il lento-veloce
su una linea a senso unico
uniforme puzzle di velocità
composto da briciole di visioni

un solo movimento senza pause
ovunque nello spazio

piedi distesi paralleli l’uno all’altro
ginocchia e addome rilassati e aperti
colonna vertebrale lunga e larga

l’uomo d’aplomb attraversa così lo spazio
il viso si espone come un fiore
busto un po’ inarcato sull’asse obbligato
braccia tese verso il basso o l’alto
bolide isolato che vive ancora d’apparenza

passa per zone irregolari
disteso su una superficie nuova

fuggito da un fermo immagine
che piomba immobile sul suo futuro

triangolo bianco del volto dagli occhi fissi
dal sorriso tirato impercettibile

l’uomo d’aplomb crede a questo slancio
non può cogliere nulla al suo passaggio
né rampe né ciò che accade
il reale non lo afferra

nessun angelo sul suo cammino

un filo buio un buio senza confini
lì può credersi al sicuro
per credere nel buio di evitare tutto

succede un gran niente
nella caduta la pelle       quella

si libera e va      sola

tutto si chiude sotto la pelle
dal lato che tutto prende

nella caduta ci si prepara a tutto
è complicato lei non muta
nessun trattino un solo tracciato
ci si chiede se succederà

situazione inimmaginabile        si dovrebbe
ricostruire la figura trattenere la sensazione
della partenza dal luogo fisso
e dell’entrata nel nuovo spazio

penetrare lo spazio in fusione con tutti coloro
che attraversano lo spazio

perforare un paese sconosciuto di lingua insolita
mai percepita mai pronunciata

la caduta è un incomparabile silenzio
ci si perde in questo slancio
sognare la stretta viene dagli alberi

quale nome d’arte dare a questo sperone
acrobata aereo che si sposta dritto
persino nel cuore del vuoto

una donna un uomo d’aplomb a dirotto o a picco
vertiginosi precipitati devono prendere quota
prima di tuffarsi un semplice promontorio punto d’appoggio
naturale o artificiale      un’altura come punto di partenza
ponteggio    torre    derrick    colonna dritta    vite senza fine
scale a chiocciola che conducono al nulla
albero della cuccagna guéridon su una gamba sola
semplice torrione quadrato con terrazza in cima

si concentrano si slanciano saltano
cadono con serietà
sicuri di non sbagliare strada
la loro arte è una variante del filo a piombo

la posizione è insostenibile
del corpo pietrificato resta da far vivere le dita

36 tentativi tra il 1888 e il 1894

li ritrovano morti
della sabbia in bocca

la leggerissima ragazza pallida riesce nei tre salti
dalla più alta delle piattaforme

prova che i suoi 45 kili non c’entrano niente
la gravità la perfezione della traiettoria in caduta libera
rendono l’impatto sonoro e saldo

come quello di un uomo
zavorrato da una cinta di piombo

nessun calcolo spiega come
la ragazza riesca a conciliare
impatto violento e ricezione graziosa
aplomb da bolide e agilità da ballerina

firma della caduta

i cacciatori chiamano la traccia lasciata
da due piedi giunti
impronte conoscenza

Sur un texte de Jean-Jacques Viton

1Jean-Jacques Viton est un explorateur des marges, de ce qui échappe aux grandes narrations individuelles et collectives. Il s’insère dans le sillage de la poésie moderniste d’origine anglo-saxonne qui, au cours du XXe siècle, a privilégié l’attention aux détails, aux choses, à la matérialité inépuisable du monde, selon la célèbre devise de William Carlos Williams: no ideas but in things. Chez Viton, cet héritage américain est filtré par la thématique du quotidien et de la vie ordinaire, dont l’origine culturelle est vraiment française. Dans l’après-guerre, dans la mouvance des sciences humaines et partant d’optiques différentes, des auteurs comme Fernand Braudel ou Henri Lefebvre ont mis l’accent sur l’étude de la vie quotidienne en tant que sphère de l’existence humaine qui tend à échapper aux grilles de l’analyse historique et scientifique. L’écriture poétique de Viton est proche de cette zone du réel qu’au début des années 1970, Paul Virilio et Georges Perec avaient baptisé l’infra-ordinaire. Mais pour Viton, l’infra-ordinaire n’est pas le terme de l’écriture. C'est plutôt le point de départ d’une imagination inquiète. Il ne s’agit pas d’une imagination lyrique qui tendrait à transfigurer la réalité, à exalter l’occasion « basse » jusqu’au « sublime ». L’imagination de Viton n’est pas métaphorique, mais métonymique, elle procède par construction de liens : ce qui est banal n’est pas transfiguré religieusement, mais sondé laïquement dans toute son articulation potentielle et sa complexité. C’est ce qui se passe, par exemple, dans le poème que nous présentons ici.

2Chute fait partie des neuf compositions qui constituent la section centrale et prépondérante du recueil selected sueurs, paru en 2010. Comme l’annonce la quatrième de couverture, chacun de ces textes est consacré à « des événements particuliers dans les domaines du social, de l'affectif, du sport, de la misère, des affrontements ». Au vu des titres, le sport semble jouer un rôle central du point de vue thématique: Vol, Excursion, Manège, Chute, Plongée, Boxe, Chasse, Manière, Corrida. Mais plus qu’à la mythologie du sport, Viton s’intéresse à la gestualité élémentaire, purement physique, qui est au cœur de tout sport ou de tout rite social. C’est cette gestualité qu’il s’agit d’explorer, de décrire, d'analyser, comme si on la voyait, comme si on la nommait pour la première fois. D’où le titre de “sueurs choisies”, c’est-à-dire la forme du geste et sa cinématique, avant qu’elle ne disparaisse sous le réseau des significations sociales. Il ne s’agit pas de dénigrer ces significations, mais de reparcourir dans une perspective presque « phénoménologique » la formation de significations possibles à partir d’une donnée de départ ambiguë.

3De quelle chute parle ce texte parmi les nombreuses chutes socialement ritualisées dans le monde du sport et du spectacle ? Le lecteur pourra retrouver différents indices, mais ce qui compte c’est le réseau des liens que Viton installe autour de ce geste. Plus que la chute et son contexte historique et social, ce qui compte c’est l’expérience du « chuteur », étrange et énigmatique vestige qu’aucune narration collective ne pourra complètement métaboliser.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliogafica digitale

Andrea Inglese, « Chute de Jean-Jacques Viton », Revue italienne d’études françaises [Online], 2 | 2012, online dal 15 dicembre 2012, consultato il 30 maggio 2017. URL : http://rief.revues.org/853

Torna su

Diritti d'autore

Licence Creative Commons
Les contenus de la RIEF sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Torna su
  • Logo ANVUR
  • Logo Seminario di Filologia Francese
  • Les cahiers de Revues.org