Navigation – Plan du site
Rubriques
Seuils poétiques

Bajazet (IV, 1, 1135-1144 ; 3, 1185-1192) de Jean Racine

Traduction et note à la traduction
Vincenzo De Santis
Référence(s) :

Bajazet (1697), IV, 1, 1135-1144 ; 3, 1185-1192 dans Œuvres complètes, Théâtre, poésie, éd. G. Forestier, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de La Pléiade », vol. I, 1999, p. 598 et 600

Texte intégral

Version originale

Après tant d’injustes détours 1135
Faut-il qu’à feindre encor votre amour me convie ?
Mais je veux bien prendre soin d’une vie,
Dont vous jurez que dépendent vos jours.
Je verrai la Sultane. Et par ma complaisance,
Par de nouveaux serments de ma reconnaissance, 1140
J’apaiserai, si je puis, son courroux.
N’exigez rien de plus. Ni la mort, ni vous-même,
Ne me ferez jamais prononcer que je l’aime,
Puisque jamais je n’aimerai que vous.

[…]

Avant que Babylone éprouvât ma puissance, 1185
Je vous ai fait porter mes ordres absolus.
Je ne veux point douter de votre obéissance,
Et crois que maintenant Bajazet ne vit plus.
Je laisse sous mes lois Babylone asservie,
Et confirme en partant mon ordre souverain. 1190
Vous, si vous avez soin de votre propre vie,
Ne vous montrez à moi que sa tête à la main.

Traduction italienne

            Dopo sì tanti inganni, 1135
L’amor vostro a fingere ancor m’invita ?
Ma acconsento a salvare quella vita
Da cui dipendon, dite, i vostri anni.
Io vedrò la Sultana : con la mia compiacenza,
Se potrò ancor giurandole nuova riconoscenza, 1140
            L’ira ne placherò.
Ma né voi né la morte potete domandare
Per lei un voto d’amore che non so pronunciare,
Ché voi sola finché ho vita amerò.

[…]

Pria che di me l’Eufrate provasse la potenza, 1185
Degli ordini assoluti già vi avevo spedito.
Non voglio dubitare della vostra obbedienza
E credo Bajazet da allora ormai perito.
Parto e lascio ai miei piedi Babilonia asservita,
Confermo, allontanandomi, il mio ordine sovrano. 1190
Quanto a voi che attendete, se v’è cara la vita,
Mostratevi soltanto con la sua testa in mano.

Note à la traduction

  • 1 L. Spitzer, « L’effet de sourdine dans le style classique : Racine », dans Études de style, Paris, (...)
  • 2 Voir R. Garrette, La Phrase de Racine. Étude stylistique et stylométrique, Toulouse, Presse Univers (...)
  • 3 J. Gros de Gasquet, En disant l’alexandrin, Paris, Champion, 2006, p. 52-53.

1Dans son analyse magistrale de l’idiolecte racinien, Léo Spitzer a su mettre en relief les constantes stylistiques propres à un théâtre qui trouverait son fondement dans une poétique de l’aversio1. Nombre d’études se focalisent sur cet objet devenu presque abstrait qu’est la langue de Racine, modèle cristallisé de la perfection de l’alexandrin régi par une homogénéité d’ensemble qui en est devenue une sorte de chiffre stylistique. Les recherches menées grâce à l’élaborateur électronique ont néanmoins montré l’importance de la variation même au sein d’un idiolecte aussi homogène : Bajazet comporte un éloignement évident par rapport au modèle de perfection métrique représenté par l’ensemble du corpus des tragédies raciniennes2. Dans sa pièce turque, l’auteur d’Iphigénie se montre extrêmement soucieux des aspects performatifs du langage : en cherchant « à ruser avec les limites du vers », il « reste dans les règles tout en les détournant »3.

  • 4 Voir G. Nercioni, « Parlato-parlato, parlato-scritto, parlato-recitato », dans Strumenti critici, 1 (...)
  • 5 Sur la diamésie, moins étudiée que les autres dimensions de la variation dans la tradition académiq (...)

2D’un point de vue linguistique, le théâtre – et a fortiori le théâtre en vers – se situe dans l’espace flou d’un continuum entre la langue écrite – on parle justement, à propos de Racine, de poésie dramatique – et l’échange oral – avec lequel il entretient des rapports mimétiques plus ou moins étroits et manifestes4. Les deux passages qui font l’objet de cette traduction représentent un cas de figure encore différent ; puisqu’il s’agit de lettres – textes se rapportant par définition au code de l’écrit – insérées au sein d’un texte de poésie dramatique et donc marqué par un brouillage de l’opposition code écrit / code oral, leur présence implique un nouveau glissement sur l’axe de la diamésie5 qui affecte profondément le style et que le traducteur ne peut guère négliger.

  • 6 Je pense aux hendécasyllabes et heptasyllabes à rime plate de l’Ultimo canto di Saffo.

3La première lettre consiste en une missive que Bajazet envoie à la princesse Atalide, et dans laquelle il refuse d’offrir son cœur à la sultane, même au prix de sa vie ; interceptée ensuite par Roxane, la lettre confirme les soupçons de cette dernière et cause la perte du jeune prince. Le passage se compose de deux séquences où alternent trois patterns métriques différents (octosyllabes, alexandrins et décasyllabes) qui encadrent un distique rimé d’alexandrins. La version présente conserve le distique rimé central et traduit les alexandrins par des martelliani (doubles heptasyllabes) auxquels s’associent des hendécasyllabes. La première stance s’ouvre ainsi sur un heptasyllabe suivi de trois hendécasyllabes, alors que la deuxième est constituée par un heptasyllabe suivi d’un distique de martelliani, et se clôt sur un hendécasyllabe. En suivant le modèle italien de la canzone – dont la forme permet l’alternance d’hendécasyllabes et d’heptasyllabes rimés6– j’ai ainsi réduit la variation des deux stances de trois patterns métriques à deux. Néanmoins, la présence des doubles heptasyllabes m’a permis de garder, du moins en apparence, le paradigme trinitaire de l’original et de mettre en relief le distique central. L’articulation interne des martelliani compense enfin le surnombre d’hendécasyllabes du reste du passage. Afin de respecter la contrainte que je me suis imposée, j’ai dû anticiper la protase « si je puis » (v. 1141) que j’ai placée au vers précédent. Ce changement implique une simplification de la structure syntaxique particulièrement complexe des énoncés, que j’ai essayé de compenser par l’insertion d’une proposition implicite au gérondif (« giurandole » au lieu du syntagme « par de nouveaux serments ») et par les commutations de catégories grammaticales découlant de cette altération. Pour ce qui est des rimes, j’ai gardé l’alternance de l’original. Ce choix m’a paru un juste compromis entre la canzone, dont l’inspiration correspond aux motifs plus lyriques que tragiques de cette première lettre, et la structure métrique proposée par Racine.

  • 7 On entend donc par phrase stylistique une « unité d’énonciation », soit une portion de texte caract (...)
  • 8 Ibid., p. 324.

4La deuxième lettre contient l’ordre que le sultan Amurat – que tout le monde croyait vaincu à Babylone – envoie à Roxane pour lui demander la tête de son frère ennemi : Bajazet doit mourir avant son retour imminent. Si on la compare au passage précédent, cette lettre pose indubitablement moins de problèmes traductifs, dans la mesure où la variation stylistique par rapport au reste de la tragédie comporte uniquement un changement dans le schéma des homéotéleutes qui passe de la rime plate à la rime alternée. Le texte se signale en outre par la régularité du rapport entre métrique et syntaxe : les phrases stylistiques et les phrases grammaticales qui le composent sont essentiellement concordantes avec la structure métrique qui les soutient7 et à chaque distique correspond une unité logique bien définie. Cette concordance constitue une variation stylistique importante au sein de Bajazet, ouvrage qui « représente le cas d’une disharmonie maximale entre la phrase et le vers »8. En proposant une séquence de martelliani à rimes alternées, j’ai essayé de garder cette clarté énonciative sans intervenir de manière envahissante sur la structure syntaxique. Pour ne pas dépasser le nombre de syllabes, je me suis servi au premier vers d’une périphrase métonymique (l’Eufrate pour Babylone) qui m’a paru plus convaincante qu’une reformulation synonymique (par ex. Babele) : les deux possibilités comportent la perte de l’anaphore, mais la périphrase est un procédé stylistique plus usuel chez Racine que la synonymie, dont je me suis pourtant servi aux vers 1189-1190 (« parto », « lascio », et « allontanandomi »). Pour des raisons métriques, j’ai également introduit une proposition relative (« Quanto a voi che attendete ») au vers 1191 : en replaçant le polyptote par la dérivation, j’ai essayé de compenser l’atténuation des anaphores de « vous » grâce à la redondance grammaticale systémique propre de l’italien. Pour cette deuxième lettre, ma préoccupation principale a donc été de reproduire, autant que possible, la structure syntaxique extrêmement régulière (ce qui est une exception dans une tragédie telle que Bajazet) et le rythme binaire de la lettre, formes linguistiques où s’incarne l’alternative tragique de l’ordre péremptoire du sultan.

Haut de page

Notes

1 L. Spitzer, « L’effet de sourdine dans le style classique : Racine », dans Études de style, Paris, Gallimard, 1996.

2 Voir R. Garrette, La Phrase de Racine. Étude stylistique et stylométrique, Toulouse, Presse Universitaire du Mirail, 1995.

3 J. Gros de Gasquet, En disant l’alexandrin, Paris, Champion, 2006, p. 52-53.

4 Voir G. Nercioni, « Parlato-parlato, parlato-scritto, parlato-recitato », dans Strumenti critici, 10, 1976, p. 1-56 et A. Ubersfeld, Lire le théâtre III, Paris, Belin, 1996, p. 8-9, qui pose la question de l’imitation du discours spontané dans le dialogue de théâtre par rapport aux définitions de « genre second » et « premier » proposées par Bakhtine.

5 Sur la diamésie, moins étudiée que les autres dimensions de la variation dans la tradition académique française, voir C. Blanche-Benveniste, J.-P. Colin, F. Gadet et M. Yaguello, Le Grand Livre de la langue française, Paris, Seuil, 2003, p. 98.

6 Je pense aux hendécasyllabes et heptasyllabes à rime plate de l’Ultimo canto di Saffo.

7 On entend donc par phrase stylistique une « unité d’énonciation », soit une portion de texte caractérisée par un signe de ponctuation fort, alors qu’on attribue aux « unités prédicatives » l’étiquette de phrase grammaticale. Lorsqu’une phrase correspond à une unité métrique régulière, elle est dite concordante. Voir R. Garrette, op. cit., passim.

8 Ibid., p. 324.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincenzo De Santis, « Bajazet (IV, 1, 1135-1144 ; 3, 1185-1192) de Jean Racine », Revue italienne d’études françaises [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 21 août 2017. URL : http://rief.revues.org/287

Haut de page

Auteur

Vincenzo De Santis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la RIEF sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo ANVUR
  • Logo Seminario di Filologia Francese
  • Les cahiers de Revues.org