Skip to navigation – Site map
Rubriques
Seuils poétiques

L’Albatros de Baudelaire

Traduction et note à la traduction
Franco Buffoni
Bibliographical reference

Les Fleurs du mal, dans Œuvres complètes, éd. Cl. Pichois, t. I, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1975, p. 9-10.

Full text

L’Albatros

Souvent, pour s’amuser, les hommes d’équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.

A peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l’azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à côté d’eux.

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !
Lui, naguère si beau, qu’il est comique et laid !
L’un agace son bec avec un brûle-gueule,
L’autre mime, en boitant, l’infirme qui volait !

Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l’archer ;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l’empêchent de marcher.

L’Albatro

Per vincere la noia sovente i marinai
Catturano degli albatri, grandi uccelli di mare,
Che seguono – indolenti compagni di viaggio –
Il vascello in corsa sugli abissi amari.

Non appena tratti sul ponte della nave
Questi re dell’azzurro maldestri e vergognosi
Ripiegano sui fianchi le ali bianche,
Come remi pietosamente inerti.

Com’è loffio, ha paura, l’alato viaggiatore…
Lui, tanto splendente, adesso è brutto e storpio :
Un marinaio gli stuzzica il becco con la pipa,
Un altro gli fa il verso zoppicando…

Il poeta assomiglia al principe dei cieli
Che, avvezzo alla tempesta, se ne ride dell’arciere ;
Ma costretto a terra in mezzo agli schiamazzi
Con le ali da gigante, non riesce ad avanzare.

Note à la traduction

1Il y a cinquante ans, à l’école, j’ai dû apprendre par cœur cette poésie. Je ne l’ai jamais oubliée. Aujourd’hui si je décide aussi de la traduire c’est parce que – lors d’une récente visite dans un lycée de Rome à l’occasion du festival « Caro Poeta » – j’ai eu l’opportunité de la réciter dans une classe où il y avait eu un épisode d'harcèlement scolaire.

2Il ne m’était jamais arrivé de réfléchir à l’efficacité pédagogique de ce texte aussi dans l’optique de la répression de l’harcèlement scolaire.

3Certes, moi aussi, je l’avais toujours situé de façon critique dans son essence métaphorique classique, susceptible de représenter le malaise du poète dans une société matérialiste et bourgeoise.

4Ce matin-là j’ai compris que le poème le plus célèbre de Baudelaire pouvait servir aussi à autre chose. Et c’est pourquoi je commence la traduction en recourant à l’expression « per vincere la noia » (« pour surmonter l’ennui »).

5C’est justement pour ne pas succomber à l’ennui que souvent les adolescents commettent leurs actions violentes à l’encontre de leurs camarades les plus faibles. Des actions qui peuvent même dégénérer et conduire à des actes de grande cruauté, parfois criminels.

6Mais cela n’arrive pas qu’aux adolescents. Un autre grand poète, Vittorio Sereni, intitule justement « Sarà la noia » un des textes de son dernier recueil Stella variabile. Et de l’ennui d’un dimanche après-midi pluvieux qui oblige le grand-père-poète affectueux à tirer par le bras sa petite-fille qui le dérange alors qu’il lit le journal, on arrive en quelques vers à la mention lancinante de « l’enfant juif ».

Est-ce l’ennui

des jours longs et torrides
mais aujourd’hui la petite
Laura est agaçante vraiment.
Arrête – dis-je – sinon...
tordant doucement son petit bras
avec une férocité contenue.

Tu ne me fais pas mal tu ne me fais pas
mal, elle me défie d’une cantilène
me regardant de bas en haut
pétulante mais déjà
au bord des larmes,
je ne pleure même pas tu vois.

  • 1 Vittorio Sereni, Étoile variable, Traduit de l’italien par Philippe Renard et Bernard Simeone, Préf (...)

Je vois. Mais c’est l’ange
noir de l’extermination
ce qu’à présent je vois
étincelant dans son harnachement
de mort
et vers lui tourné en extase
le petit enfant juif
l’invitant au jeu
de massacre.1

7N’est-ce pas un jeu de massacre celui que les marins engagent avec l’albatros ? Un jeu qui certes peut s’arrêter à la raillerie ; ou bien un jeu qui peut aller plus loin et devenir plus « physique » : cette pipe peut aussi ne pas se limiter à agacer le bec, elle peut pénétrer dans la bouche, ce cou peut être serré entre deux mains… mais c’est une autre histoire : un autre géant l’a racontée, Samuel Taylor Coleridge.

8Ne pas s’arrêter à la raillerie, ne pas s’arrêter « au milieu des huées », qui sont déjà en elles-mêmes quelque chose de grave. Parce qu’après « l’un » et « l’autre », il peut y en avoir un autre, puis encore un autre.

9« Mais moi je lui avais seulement immobilisé un bras ! », s’est justifié un adolescent appartenant à une bande.

10La succession baudelairienne de la kyrielle des « railleries », prêtes à devenir des tortures, est lancinante, meurtrière : avec une inégalable capacité de synthèse.

11Deux cents ans ou presque après ces vers ont parlé à mes lycéens romains comme s’ils étaient neufs.

Traduit par Marie-France Merger

Top of page

Notes

1 Vittorio Sereni, Étoile variable, Traduit de l’italien par Philippe Renard et Bernard Simeone, Préface de Franco Fortini, Lagrasse, Verdier, « Terra d’altri », 1987, p. 62-63.

Top of page

References

Electronic reference

Franco Buffoni, « L’Albatros de Baudelaire », Revue italienne d’études françaises [Online], 6 | 2016, Online since 15 December 2016, connection on 28 March 2017. URL : http://rief.revues.org/1124

Top of page

About the author

Franco Buffoni

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la RIEF sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo ANVUR
  • Logo Seminario di Filologia Francese
  • Les cahiers de Revues.org